Moteur de recherche

Autres liens

Connexion

La régulation : une ineptie juridique inadaptée à la mondialisation

Le concept de régulation a exercé ces dernières années une fascination sur l'homo politicus des plus étrange. Pensant avoir trouvé la panacée aux problèmes économiques et financiers, le politique nous a présenté la régulation comme un nouveau système normatif reléguant aux oubliettes les antiques méthodes d'interventions étatiques inadaptées à la mondialisation déferlante.
Il est vrai que le démantèlement du pouvoir des Etats sur l'économie ne pouvait rester sans substitut. Les plus libéraux reconnaissent quand même que les libertés économiques reposent encore sur quelques constructions juridiques. En remplacement de ces textes qui faisaient de l'économie une affaire régalienne a donc été proposé le concept de régulation plus adapté, semble t-il, à la mondialisation.

Lire la suite...

Eviter un nouveau 21 avril ? Ce que parler veut taire...

Chronique de Favilla (les échos du 18 août 2006), article de Guy Carcassonne et Olivier Duhamel (le monde du 8 mars 2006), des voix s’élèvent pour nous proposer diverses solutions pour éviter un nouveau 21 avril. Or, donner dans la discipline de parti (interdiction pour les maires de parrainer un candidat autre que celui désigné par le PS) ou la modification de modes de scrutin (Instauration d’un tour intermédiaire éliminant les candidats qui n’ont pas atteint un certain seuil de voix) nous paraissent être la dernière des solutions à envisager si l’on veut justement éviter que l’histoire ne se répète.

Lire la suite...

L'inutilité économique d'une constitution européenne

L'actuel débat sur l'adoption ou le refus de la « constitution européenne » par les Français repose sur la question de savoir si nous aurions intérêt ou non à limiter par le moyen juridique les dérives et excès de la mondialisation économique. Si la question nous paraît parfaitement légitime, l'idée de remédier par le droit au « dumping social » et autres délocalisations que nous impose le marché mondial nous semble dépassé. Voilà en effet plus de vingt ans que l'internationalisation, puis la mondialisation économique ont implicitement, mais sûrement changé les bases théoriques du contrat social qui lie les citoyens à leurs Etats.

Lire la suite...